La facture d’électricité comprend toujours une partie dédiée à l’acheminement de l’électricité, le TURPE. Fixé par les pouvoirs publics, le TURPE évolue tous les ans, du fait de l’inflation, entre autres. Cette année, la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) a annoncé une hausse du TURPE de 2,75% au 1er août. Comment se répercutera-t-elle sur la facture des professionnels ? Comment compenser cette augmentation ? Explications.

Le TURPE : financer l’acheminement de l’électricité

Avant d’observer les évolutions, regardons plus en détails ce qu’est le TURPE. Le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité permet de payer l’acheminement sur les lignes électriques.

Il se divise en deux parties distinctes :

  • le TURPE HTB pour les sites raccordés aux lignes à haute-tension. Il sert à financer les activités de transport d’électricité par RTE
  • le TURPE HTA-BT pour les bâtiments raccordés aux lignes moyenne et basse tension. Il permet de rémunérer Enedis et les Entreprises Locales de Distribution (ELD) en charge de la distribution de l’électricité.

Le montant du TURPE est déterminé par la CRE. Son calcul général est révisé tous les 4 ans avant d’être approuvé ou non par le gouvernement. A l’heure actuelle et depuis 2017, c’est le TURPE 5 qui s’applique (jusqu’au 1 août 2021).

Ce sont les fournisseurs d’électricité qui en sont redevables. Ils répercutent le montant du TURPE sur les factures des professionnels et des particuliers (généralement à l’euro-l’euro).

Que représente le TURPE sur la facture des professionnels ?

Il est difficile de déterminer la part exacte de l’acheminement sur la facture d’électricité d’une entreprise ou d’une collectivité car chaque client en aura une sensiblement différente. En général, on estime que le TURPE représente entre 26% et 40% de la facture d’électricité professionnelle.

Grâce à une calculatrice proposée par la CRE, les professionnels peuvent savoir à quoi correspond le TURPE dans leur budget énergie.

Quelle évolution du tarif d’acheminement en 2020 ?

Chaque année, le TURPE évolue au 1er d’août selon une recommandation de la CRE. 2020 ne fait pas exception. En mai 2020, la CRE a annoncé deux évolutions majeures du TURPE. Elles auront un impact sur la facture des professionnels, entreprises et collectivités.

Une diminution du TURPE HTB

Le TURPE HTB concerne avant tout les sites industriels raccordés au réseau RTE. Au 1er août, il baissera de 1,08% en moyenne. Cela signifie que les factures de ces industries et grandes entreprises pourront diminuer.

Une hausse du TURPE BT et HTA

A l’inverse, le TURPE BT et HTA subit une augmentation de 2,75%. Cette évolution va donc faire augmenter légèrement les dépenses en énergie de nombreuses entreprises.

D’autant qu’elle concernera indirectement les taxes sur l’électricité. En effet le barème entre dans le calcul de la Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA). Il s’agit d’une taxe sur l’acheminement visant à financer les droits retraites des salariés des industries électriques et gazières acquis jusqu’à 2004.

TURPE et optimisation de la facture d’énergie

Le TURPE étant non-négligeable sur la facture, il existe différentes solutions pour en minimiser l’impact. Découvrons cela ensemble.

Déterminer la bonne puissance de compteur

La puissance de votre compteur permet de fixer le montant de votre abonnement à l’électricité. Une puissance très haute impliquera un montant important. Il ne faut donc pas la surévaluer.

Mais, gare aux sous-évaluations ! Vous risquez des dépassements de puissance. Elles entraînent indéniablement des hausses de la facture.

Aussi, faites appels à des experts en énergie, comme OMNEGY, en fonction de votre courbe de charge passée et prévisionnelle, sauront déterminer l’optimum de puissance souscrite afin de réaliser des économies.

Opter pour une version tarifaire adaptée

Au moment de souscrire un contrat d’électricité, vous pouvez choisir une version tarifaire. Il s’agit d’adapter le prix du kWh et de l’abonnement à vos habitudes de consommation sur l’année.

On en compte plusieurs, notamment :

  • La version longue utilisation (LU) pour les entreprises avec une utilisation constante de l’électricité sur l’année.
  • La version tarifaire en moyenne utilisation (MU) pour les professionnels avec une activité non-constante : saisonnière ou en heures ouvrées par exemple.
  • La version tarifaire de courte utilisation (CU), plus indiquée pour les besoins forts et ponctuels.

Le prix du kWh et de l’abonnement varient en fonction du choix de votre option tarifaire. Plus la version est longue plus le prix du kWh baisse et plus le montant de l’abonnement est élevé.

Ce choix est généralement très impactant sur le montant du TURPE à payer (de l’ordre de 30%), c’est pourquoi, il est nécessaire de choisir la version tarifaire la plus adaptée.

Industries : l’abattement du TURPE

Enfin, en vertu de la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte « les entreprises fortement consommatrices d’électricité peuvent bénéficier, pour tout ou partie de leurs sites, de conditions particulières d’approvisionnement en électricité. En contrepartie, elles s’engagent à adopter les meilleures pratiques en termes de performance énergétique ».

A ce titre, elles peuvent bénéficier d’une réduction du TURPE. L’abattement concerne les sites électro-intensifs et hyper-électro-intensifs, soit très peu de sites en France.

Nous vous invitons à contacter nos experts consultants en énergie. Notre veille fine et constante des marchés de l’énergie vous permet d’acheter votre énergie au moment le plus opportun, selon vos besoins de consommation.