En 2021, OMNEGY est devenu associé-actionnaire de Time for the Planet, une entreprise à but non lucratif dont l’objectif est de lutter contre le réchauffement climatique. Quels sont les ressorts de cet investissement ? Réponses dans l’article ci-dessous.

Time for the Planet : un fonds qui a vocation à lutter contre le dérèglement climatique

Time for the Planet est un fonds à but non lucratif. Son objectif est le suivant : « rassembler un milliard d’euros pour de créer 100 entreprises luttant contre le réchauffement climatique ». Pour atteindre, cet objectif, la société a d’abord identifié 20 problématiques à résoudre pour parvenir à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Parmi eux, on retrouve notamment :

  • la production, le stockage et la distribution d’une énergie décarbonée, sans faire appel à des ressources critiques ;
  • la mobilité propre, ne reposant plus sur l’usage de combustibles fossiles ;
  • la construction de bâtiments passifs à énergie positive ;
  • la régénération des terres agricoles.

Le business-model adopté par Time for the Planet repose sur plusieurs partis-pris forts :

  • la coopération, à travers la mise en place de solutions open source ;
  • le réinvestissement de 100 % des bénéfices ;
  • la création de start-up tech à vocation uniquement environnementale.

En 2021, Time for the Planet passe à la vitesse supérieure en se dotant d’un Comité Scientifique

En janvier 2021, Time for the Planet s’est doté d’un Comité Scientifique de 14 experts. La création de ce Comité intervient alors moins d’un an après le lancement du Fonds.

Les experts du Comité Scientifique de Time for the Planet sont issus de secteurs variés, comme l’agriculture, la mobilité, ou encore l’industrialisation. Parmi eux, on retrouve notamment Philippe Drobinski, le co-fondateur de Energy4Climate et Directeur du Laboratoire de Météorologie Dynamique (LMD), ou encore Stéphane Chatelin, le fondateur de Négawatt. Des représentants institutionnels font également partie de ce Comité, comme Marjory Wachtel, experte évaluatrice pour la Commission Européenne.

Time for the Planet a également officiellement mis en ligne son formulaire de candidature en ligne.

N’importe quel porteur d’une innovation permettant de lutter contre le dérèglement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre est libre de de déposer son projet. Un retour sera ensuite effectué par les évaluateurs. Si son innovation est retenue, elle sera soumise au Comité Scientifique.

L’ensemble des innovations sélectionnés par le comité seront ensuite présentées à tous les actionnaires de Time for the Planet, avant d’être crées.

OMNEGY partage les valeurs portées par Time for the Planet

Comme le rappelle Time for the Planet : nous sommes la dernière génération à pouvoir relever le défi climatique. C’est pour cette raison qu’OMNEGY a choisi de devenir actionnaire de Time for The Planet.

Au quotidien, nos experts accompagnent les entreprises dans la réduction de leur empreinte carbone.

Notamment au travers des leviers suivants :

  • Bénéficier de la prime CEE la plus avantageuse possible, afin de leur permettre de financer des travaux d’économies d’énergie grâce au dispositif des Certificats d’Economies d’Energie. Ce dispositif mis en place en 2005 oblige ainsi un certain nombre d’acteurs obligés comme les fournisseurs de gaz et les fournisseurs d’électricité à financer des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements ou locaux de leurs clients ;
  • Acheter des Garanties d’Origine, afin d’encourager le développement des énergies renouvelables et la sortie des énergies fossiles. OMNEGY a ainsi directement accès au Registre national des Garanties d’Origine piloté par le European Energy Exchange, et vous permet donc de vous en procurer sans intermédiaire ;
  • Financer des projets de compensation carbone volontaire en accord avec leurs envies et leurs moyens. Peu d’entreprises en ont conscience, mais il est en effet possible de compenser une partie (voire l’intégralité) de ses émissions de gaz à effet de serre en en finançant des projets de réduction ou de séquestration de dioxyde de carbone. L’engouement autour de la compensation carbone volontaire ces dernières années a entraîné la création et l’essor de nombreux acteurs. Tous ne font pas preuve de la même éthique. Certains vont même jusqu’à vendre les mêmes crédits carbones à plusieurs entreprises. La plupart des projets ne sont pas ailleurs pas labellisés par des standards internationaux attestant de leur fiabilité. Il est donc fortement conseillé de se faire accompagner dans sa démarche de compensation carbone volontaire ;