Acheter son gaz ou son électricité au meilleur prix est bien entendu essentiel pour maîtriser les dépenses en énergie de votre entreprise, mais le contrôle même de la facture peut vous permettre de réaliser tout autant d’économies. Voyons ensemble les éléments d’une facture de gaz ou d’électricité et, en particulier, les différentes charges qui pèsent sur le coût total de l’énergie.

Facture de gaz ou d’électricité : quels sont les types de charge ?

Une facture d’énergie, que ce soit d’électricité ou de gaz naturel, comprend en général 4 grands types de charges :

  1. L’énergie en tant que telle, reposant sur un prix unitaire et les quantités (d’électrons ou de molécules, en MégaWatt.heure ou MWh) ;
  2. Les frais et contributions, comme les frais de gestion ou les Certificats d’Economie d’Energie (CEE) ;
  3. L’acheminement de l’énergie jusqu’à vos locaux comprenant les coûts des réseaux de transport et de distribution :
  4. Les impôts et taxes, comme la TICGN ou TICFE (Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel ou sur la Consommation Finale d’Electricité), la CTA (Contribution Tarifaire d’Acheminement) et bien sûr la TVA.

En ce qui concerne les deux premiers postes, ceux-ci se déterminent et s’optimisent avant même le processus d’achat. Ils dépendent pour cela du choix de la stratégie d’achat d’énergie et du fournisseur d’énergie, que vous définissez en fonction du profil et des besoins de votre entreprise.

Pour autant, les deux derniers types de charges interviennent en cours de contrat et, surtout, sont susceptibles d’évoluer fonction de la législation ou encore des changements survenant dans votre entreprise. Des économies peuvent donc potentiellement être réalisées ici, mais on ne peut compter sur le fournisseur d’énergie pour nous en avertir. Celui-ci joue en effet un rôle passif, se limitant à celui d’intermédiaire et de collecteur auprès des opérateurs de réseaux et de douanes. De ce fait, celui-ci n’a pas pour intérêt premier de vous conseiller afin d’optimiser ces postes de dépenses.

Voyons plus en détail ces types de charges et, surtout, comment optimiser et réduire vos dépenses de gaz et d’électricité.

Les coûts d’acheminement de l’énergie

Ces coûts sont déterminés en fonction de plusieurs caractéristiques établies par l’opérateur, comme la puissance, la capacité et votre profil. Ces critères, appliqués à votre entreprise par les opérateurs de réseau ou les fournisseurs d’énergie selon votre consommation, déterminent alors les coûts d’acheminement. Le fournisseur les calcule alors et les paye tous les mois à l’opérateur concerné, avant de vous les facturer.

Toutefois, la situation de votre entreprise est susceptible d’évoluer, de même que votre manière de consommer de l’énergie. Ces caractéristiques n’étant pas régulièrement auditées (rappelez-vous que personne n’y a intérêt à part vous !), il est alors fort possible que votre entreprise se retrouve dans une configuration obsolète et donc à payer plus qu’elle ne devrait.

Les erreurs de facturation des fournisseurs d’énergie : un manque à gagner pour l’entreprise

Comme le pointait déjà le médiateur national de l’énergie en 2015 (1), les plaintes des clients ne cessent d’augmenter, et elles concernent à 52% des litiges relevant d’erreurs de facturation. Sont alors concernés des prélèvements non expliqués, des retards de remboursement ou encore des dépenses plus élevées qu’escomptées. Le même médiateur renouvelle ses critiques en 2018 à l’encontre des fournisseurs d’énergie et dénonce l’augmentation des plaintes incombant aux factures de gaz et d’électricité.

La complexité de la fourniture d’énergie implique que des erreurs de facturation se glissent facilement, notamment au moment des régulières évolutions tarifaires et de taxes. On distingue alors deux cas :

  1. Soit le fournisseur agit de manière consciente, auquel cas il réalise sciemment une marge sur l’acheminement,
  2. Soit le fournisseur n’a pas su mettre en oeuvre l’évolution et commet simplement une erreur.

Dans un cas comme dans l’autre, vous pouvez vous retrouvez à débourser plus que vous ne devriez.

Les taxes et la réglementation

Il en va de même pour la législation.

On parle en effet aujourd’hui d’une véritable “inflation législative”, tant les textes de loi se succèdent et sont votés rapidement. Une entreprise peut alors vite se retrouver en défaut de conformité ou en tout cas louper une opportunité législative, non pas délibérément, mais simplement parce qu’elle n’avait pas obtenu l’information. Effectivement, en-dehors des juristes, réaliser une veille législative exige temps et expertise – deux ressources dont ne dispose pas forcément une entreprise.

Celle-ci peut alors passer à côté d’économies potentielles, notamment de taxes à taux réduits – voire d’exonérations.

En conclusion, comment optimiser ses factures d’énergie ?

Réduire sa facture de gaz et d’électricité en optimisant ces postes de dépenses est tout à fait possible, mais pas forcément accessible.

Pour s’assurer que le fournisseur ne cache pas de marge dans l’acheminement ou les taxes, ou encore pour l’éligibilité d’une fiscalité attractive, OMNEGY vous accompagne à chaque étape :

  • Diagnostic & Contrôle : nous identifions les possibilités d’optimisation.
  • Mise en œuvre
  • Vérification à la prochaine facture

Sans plus tarder, contactez-nous – un de nos experts consultants reviendra vite vers vous.

Obtenir un diagnostic personnalisé des pistes d’optimisation